Archives mensuelles : décembre 2014

12 décembre : Heidi

marine_cazaux_heidi_auzou_couverture

La Muse continue son petit bonhomme de chemin et surtout, son calendrier de l’Avent. Aujourd’hui, 12 décembre, découverte d’Heidi de Christelle Chatel, illustration de Marine Cazaux.

L’histoire est très connue : Heidi, petite fille orpheline recueillie par sa tante, va être placée chez son grand-père, l’oncle de l’Alpe, craint de tous. De tous, sauf d’Heidi, qui va s’épanouir parmi les fleurs, la nature, les animaux et rencontrer Peter et sa grand-mère. Mais un jour, elle va être placée dans une grande famille bourgeoise, où elle fera la connaissance de Clara, en chaise roulante, qui sera son amie. Va-t-elle revoir son grand-père, ses chers animaux et sa nature ?

Ce livre n’est pas une surprise, puisque chacun connaît l’histoire de cette petite fille malicieuse. Il est une surprise car très agréable à lire, et superbement illustré. Une mention toute particulière à Marine Cazaux, l’illustratrice, qui a dédicacé pour la première fois et avec passion lors du salon Fantasy, en prenant son temps, pour chaque enfant, ou adulte, et toujours avec le sourire.

Le livre est en grand format, ce qui permet une bonne prise en main par les enfants … et les parents.

« Heidi », de Christelle Chatel, illustrations de Marine Cazaux.

 

11 décembre : Le petit paradisier sans couleur

Le petit paradisier sans couleur

Le calendrier de l’Avent continue, et en ce 11 décembre, La Muse vous présente « Le petit paradisier sans couleur » de Claude Secondi.

L’histoire : Gris est un petit paradisier qui vient de naître, et qui n’est pas comme ses frères et sœurs : il est « sans couleur ». Mais pourquoi ? En effet, les paradisiers sont des oiseaux magnifiques, avec des couleurs resplendissantes. Alors, pourquoi Gris est-il né sans couleur ? Pourquoi cette injustice ? ses parents se posent la question. Leur petit n’ose se montrer, n’ose voler, car il a peur que les autres se moquent de lui … Ce qu’ils font au début.
Mais heureusement, du haut de leur sagesse, le hibou, la chouette puis de nombreux autres animaux, qui vont comprendre la sagesse et l’amour, vont aider le petit paradisier sans couleur à dépasser la difficulté de son handicap, et à se faire accepter des autres, par sa seule force et sa seule volonté.

Un très beau livre sur la différence, et la difficulté que peut éprouver tous les enfants qui en sont atteint. Mais, en réfléchissant bien, il n’y a pas de différence, il n’y a que des personnes qui ne souhaitent pas accepter les autres, tels qu’ils sont.

La Muse a aimé cette très belle fable, pleine de courage, dédiée à Alexandrine, qui en a écrit la préface, à 10 ans, et qui souffrait elle-aussi du regard des autres.

Merci Alexandrine pour ce doux regard sur le petit paradisier sans couleur et pour cette très belle préface.
Merci Claude Secondi pour cette très belle histoire.

A lire, sans modération (dès 8 ans, en conte animé pour les plus jeunes).

« Le petit paradisier sans couleur » de Claude Secondi. Préface d’alexandrine.

 

 

10 décembre : l’homme à tête d’horloge

CouvRVB_LHommeATeteDHorloge

Et allez hop, La Muse continue son calendrier de l’Avent avec aujourd’hui, « l’homme à tête d’horloge » de Jack Chaboud aux Editions Balivernes. Et on reste un petit peu à Lyon, fête des Lumières oblige (même si c’est terminé).

Tout d’abord, nous avons eu Jack au téléphone (en répondant à la place de notre libraire, qui était occupée : on vous a dit que La Muse était très polyvalente ???). Très sympa.

Ensuite, on a bien aimé la couverture, sur laquelle nous avons travaillé pour le Salon Fantasy : la question était : « quelle heure est-il sur la couv’ de l’homme à tête d’horloge ? ». La Muse acceptait deux réponses (oui, pour certains petits, ce n’est pas toujours facile de lire l’heure).

Et du coup, après lecture, La Muse vient de se rendre compte que Jack Chaboud, à qui on avait expliqué cela, est un sacré coquin puisqu’il ne nous a rien dit (on vous laisse la surprise 😉

L’histoire : deux garçons, Pierre et Victor, après la découverte d’un tableau dans un grenier (l’homme à tête d’horloge), vont se lancer dans une course folle à travers Lyon pour comprendre pourquoi un tableau identique se trouve au musée des Beaux-Arts de Lyon.

On adore : la visite de Lyon : tout au long du livre, sans en avoir l’air, on retrouve des quartiers trèsss emblématiques et des musées trèssss célèbres (dont la maison des Frères Lumière). Les explications sont simples et très accessibles aux enfants (et il y a un petit bonus à la fin pour les curieux et / ou leurs parents).

On aime aussi la dynamique du livre, avec une intrigue très très bien menée et qui va régaler son petit monde.

Franchement, Jack Chaboud, La Muse est impressionnée par votre ouvrage, qui, il faut le souligner pour nos lecteurs, a été écrit suite à un concours (« le tableau mystérieux » dont Pierre est sorti grand gagnant : bravo à lui !).

Pour terminer, on a adoré la dédicace de l’auteur, et surtout, la façon de la faire. A noter que Jack Chaboud dédicace au plume (et oui, il a un buvard avec lui). Ne manquez pas une dédicace de l’auteur, c’est assez impressionnant.

« L’homme à tête d’horloge » Jack Chaboud. Balivernes Editions.

9 décembre : La marque des Soyeux

La Marque des soyeux

Le calendrier de l’Avent spécial Muse continue en ce 9 décembre, avec en livre du jour, un livre pour « les plus grands » : « La marque des Soyeux » de Laura Millaud (Balivernes Editions). Et on reste un peu à Lyon (c’est de saison, avec la fête des Lumières, qui vient de se terminer).

L’histoire : Vivien est le souffre-douleur de ses petits camarades. Un jour, il lit un ouvrage sur Lyon, et se retrouve projeté dans le passé, en 1831, lors de la révolte des Canuts (les ouvriers de la soie).

Ce qu’en pense La Muse : Ce livre, publié avec le soutien de la Région Rhône-Alpes, est très intéressant. Tout d’abord parce qu’il invite à une réflexion sur l’amitié, l’injustice, l’honneur et l’entraide. Pour les pré-ados ou ados, ces notions sont très importantes et la façon de les aborder de l’auteure est assez intéressante.

Ensuite, le livre permet une découverte du passé de Lyon, avec cette fameuse « révolte des Canuts ». Pourquoi, comment ? La Muse aime aussi le côté « retour vers le futur » qui permet au lecteur de lire le livre du début à la fin avec passion.

Enfin, certains secrets de la ville de Lyon sont dévoilés. Bon, ok, certains les connaissent déjà, mais c’est assez intéressant de les voir traités ainsi, dans l’histoire de Vivien, ce qui fait qu’on apprend en découvrant l’histoire du héros (un très bon concept, l’apprentissage par le jeu, on adore, vous pensez).

Le livre contient un dossier pédagogique, ce qui ne gâche rien, bien au contraire (pour ceux qui veulent en savoir d’avantage).

Bref, La Muse aime beaucoup, et conseille  « La marque des Soyeux » pour une lecture à partir de 9 ans (ou avant, pour ceux / celles qui adorent lire !!!).

« La marque des Soyeux » de Laura Millaud. Editions Balivernes

8 décembre : Le roi de la grande savane

Le roi de la grande savane

Attention, pour la fête des Lumières (et oui, La Muse des Gones, la fête des lumières, c’est Lyon tout ça, et c’est le 8 décembre !!!). Bon, donc, pour la fête des lumières, on vous offre le résumé du livre « le roi de la grande savane » (Voutch).

Pour ceux qui ne le savent pas (mais comment faites-vous ???) le livre a été réédité dernièrement (joie, joie, joie). Donc, pas d’hésitation, et hop, on se précipite, parce que là, franchement, c’est du lourd !!!

L’histoire : un singe (un peu dingo) décide que le roi de la grande savane ne peut être le lion qui passe son temps à dormir. Et du coup, comme il est un peu idiot, il va assommer le lion. Et c’est là que tout commence. Parce que plein d’animaux vont se succéder (pensant tous être l’élu pour devenir roi de la grande savane) : le rhinocéros va courir après le singe, le crocodile va manger le rhinocéros, etc.

Et ce qui est très fort, c’est que la boucle va être bouclée, et que le lion va revenir, sans rien comprendre, avec une bosse sur la tête, et … se remettre à dormir.

Ce que la Muse en pense : non seulement l’histoire est extraordinaire, très drôle, mais on adore, le format du livre (qui est très adapté aux lectures à voix haute), les couleurs de fond qui changent à chaque page, le texte qui suit l’action (soit écrit TRES GROS, soit qui

t

o m

b e …

On aime aussi le singe complétement dingo, mais aussi l’histoire, qui va très vite, et du coup, à chaque page, une action, un éclat de rire.

Franchement, on ne peut que vous conseiller « le roi de la grande savane » Voutch.

7 décembre : Le papillon à roulettes

Le papillon à roulettes

On continue avec le calendrier de l’Avent, spécial Muse : aujourd’hui, « Le papillon à roulettes » de Marie Garnier.

L’histoire : Papa et Maman Papillon vont avoir un bébé. Mais malgré leur bonheur de donner naissance à leur petit papillon, ils vont se rendre compte que leur bébé ne peut pas voler. Que faire ?

Une très belle histoire, que Marie Garnier a souhaité pour expliquer aux enfants le handicap. L’auteure avait déjà écrit « Le nid des papillons », pour les plus grands.

Elle a souhaité ensuite partager avec les enfants, et a donc créé son petit papillon.

Ce livre est magnifique, une ode au bonheur et au partage, et contrairement à ce qu’on pourrait penser, il peut être lu à voix haute dès le plus jeune âge. En effet, souvent les parents se mettent des tabous que les enfants n’ont pas. Tout se terminant très bien, les enfants vont se régaler, car pour eux, il n’existe pas d’enfants handicapés ou non handicapés, il y a tout simplement des enfants, qui ont besoin de partager, d’être ensemble.

La Muse aime beaucoup ce petit livre, et apprécie beaucoup l’auteure, Marie Garnier. Cette dernière est très gentille, très ouverte. Elle aime beaucoup les enfants, qui lui rendent bien.

A noter que les bénéfices du « Papillon à roulettes » sont entièrement reversés à la structure qui accueille Anaïs, la fille de l’auteure, atteinte d’une maladie génétique rare.

« Le petit papillon à roulettes » de Marie Garnier, illustrations de Jeanne Chapelle. Livre « top 10 du livre préféré des mamans 2013 ».

6 décembre : le voleur d’anniversaire

Le voleur d'aniversaire

On continue avec le calendrier de l’Avent de La Muse, et aujourd’hui, 6 décembre, suite aux deux anniversaires souhaités hier (voir l’article sur le 5 décembre), La Muse souhaite vous présenter un livre qu’elle a beaucoup aimé : « Le voleur d’anniversaire » par Olivier et Laurent Souillé (encore eux, voir le 1er décembre, Azuro !!!).

Mais revenons au voleur d’anniversaire. L’histoire ? C’est celle de Victor, un monstre qui sent très bon (qu’on peut voir sur la couv’ du livre) et qui vole les anniversaires des enfants … avec une paille (tellement simple). Et la conséquence de tout cela, c’est que les enfants ne fêtent plus leurs anniversaires, ne grandissent pas et doivent toujours aller à l’école, puisqu’ils ne grandissent jamais.

Mais un jour, ou plutôt un soir, Victor va tomber sur Bastien, un petit bonhomme de bientôt 8 ans, qui ne s’en laissera pas découdre, parce que Bastien a bien l’intention de fêter son anniversaire, lui.

Alors, pourquoi, pourquoi Victor vole-t-il les anniversaires ? Et que va-t-il se passer après sa rencontre avec Bastien ? Et bien, il faut lire le livre pour le savoir.

Une très belle histoire sur la différence, l’amitié, le don, le partage.

La Muse a adoré, et ce livre peut être lu aux plus petits, car Victor, vous le verrez, est un monstre très gentil et l’histoire est très, très belle.

« Le voleur d’anniversaire » de Laurent et Olivier Souillé.

4 décembre : Ma Ouature

CouvRVB_MaOuature_10cm

Et on continue le calendrier de l’Avent, spécial « La Muse ». Aujourd’hui, 4 décembre (dites, plus que 20 jours et ce sera la belle nuit de Noël 😉

Allez, c’est parti pour découvrir « Ma Ouature » :

Alors cet album, on l’a tout simplement A-DO-RE.

L’histoire : la grenouille cosmique (mais oui, ça existe, sinon, on ne vous en parlerait pas), donc la grenouille cosmique a volé mon Doudou.

Tous les parents savent ô combien le Doudou est important. Alors, vous pensez, s’il a été volé par une grenouille, qui plus est, cosmique !!!

Mais pas de problème, j’ai ma Ouature, et avec elle, je vais aller rechercher mon Doudou : derrière un nuage, dans les ombres aquatiques, vers le soleil et dans l’espace interplanétaire. Si si, j’ai sauvé l’Univers !!!

Bon, on vous le dit tout de go : « Ma Ouature », on ne connaissait pas. Pour « Ma Ouature », la Muse a dû préparer une animation lors du Salon Fantasy rien qu’avec la couverture (pas facile).

Mais il faut que La Muse vous l’avoue : rien qu’en voyant cette magnifique couv’ (les dessins sont de Federico Combi, bravo, bravo à lui !!! On le veut comme illustrateur 😉 donc rien qu’en voyant les dessins, La Muse voulait déjà acheter cet album (alors qu’il n’était pas encore sorti !!!).
Achat fait lors du Salon … ettttt …. La Muse n’a pas été déçue !!! Dessins magnifiques, histoire merveilleuse, comme on les aime. Et puis, le petit côté sympa : c’est le héros qui parle (« J’ai sauvé l’Univers » : on adore cette approche et les enfants adorent aussi, vous pensez !).
Franchement, La Muse ne peut que vous conseiller (et très fortement) ce superbe album, à lire par les enfants dès qu’ils en ont l’âge (livre pas trop long, histoire sympa, enfant-héros qui sauve le Monde, que dis-je, l’Univers) ou par les papas / mamans en lecture à voix haute.

E puis, cerise sur le gâteau, l’auteur Pierre Crooks est très, très sympa (pour la petite histoire : il a fini notre dédicace assis sur les marches d’un escalier, alors que le Salon était fermé depuis longtemps !!! On aime les auteurs / illustrateurs aussi proches des lecteurs). Nous n’avons pas rencontré l’illustrateur, mais nous échangeons sur FB, et il a l’air aussi sympa que l’auteur.

Résumé : un très bel album, très beau, que La Muse recommande chaudement.

Et n’hésitez pas, si vous rencontrez auteur et illustrateur, à leur dire bonjour de notre part.

« Ma Ouature » Pierre Crooks / illustrateur : Federico Combi

2 décembre : Une très, très grosse colère

une très très grosse colère

Calendrier de l’Avent, spécial « La Muse » : 2 décembre, une très, très grosse colère, d’Agnès Bertron-Martin.

Présente au Salon Fantasy en Beaujolais, Agnès Bertron-Martin a su régaler son petit monde, notamment en venant raconter ses livres pour les enfants dans la fameuse Taverne des Gnomes, animée par La Muse et ses deux fées.

Parmi tous les ouvrages de l’auteure, La Muse vous offre aujourd’hui ses impressions sur « une très, très grosse colère ».
L’histoire ? Un enfant (on ne sait pas si c’est un garçon ou une fille) fait des très, très grosses colères, pour avoir ce qu’il veut. Et ça marche… Enfin, à un moment, cela ne marchera plus. Et il va être obligé de changer de tactique et de se faire plus gentil.
Un très beau livre, très bien illustré, bien adapté pour la lecture à voix haute des papas / mamans (mais aussi tontons, tatas, etc), et un premier livre pour les enfants qui apprennent la lecture (pas trop long, rigolo, des répétitions adorées des enfants …).

Ce qui n’est pas négligeable, le livre n’est pas cher du tout.

« Une très, très grosse colère », un livre d’Agnès Bertron-Martin